MUSÉE DE L'HUILE D'OLIVE

Quelles sont les différentes variétés d’oliviers ? Où les cultive-t-on ? Comment a-t-on élaboré l’huile d’olive au fil des siècles jusqu’à aujourd’hui ? Découvrez le produit emblématique de l’art de vivre du pourtour méditerranéen !

Un parcours convivial et pédagogique

De la cueillette à la fabrication, des anciennes presses aux techniques d’aujourd’hui : le Musée de l’Huile d’Olive vous propose un véritable voyage autour du produit phare de la cuisine méditerranéenne. Une visite rythmée par une mise en scène originale et des présentations multimédia.

L’olivier, sa culture, la récolte

L’olivier, Olea Europea, est un arbre dont la culture est adaptée au climat sec et ensoleillé. Sa taille est effectuée tous les ans et vise à contrôler sa croissance et améliorer l’exposition de ses branches au soleil. Les fruits sont mûrs en novembre, date à laquelle commence la récolte manuelle à l’aide de peignes et de filets.

Le broyage et les presses anciennes

Découvrez une trentaine d’éléments de pressage, de moyens de culture, de transport et de stockage, les outils des mouliniers… Des pièces anciennes uniques, en provenance de différentes régions du pourtour méditerranéen.

Tarifs – Visites & Dégustations 

Entrée musée : 4,50€ (gratuit pour les moins de 16 ans)
Audioguide : Gratuit
Dégustation huile & miel : Gratuit
Dégustation vin & spiritueux : Gratuit (hors groupe)
Groupe : 4,50€ à 12€ (à partir de 8 personnes)

Le vieux moulin
La reconstitution complète d’un ancien moulin à huile en provenance de Monticello (Corse), pour bien comprendre toutes les étapes de la fabrication de l’huile d’olive dans les années 1930. Une multitude de souvenirs de cet ancien moulin ont été recueillis et valorisés au sein du Musée.

Témoignage

Mais au fait, pourquoi ce musée ? Jean-Pierre Hugues, fondateur du musée :
« La première raison est qu’il y a une dizaine d’années, j’avais planté des oliviers qui sont arrivés en production et qu’il fallait bien faire quelque chose des olives, en plus de la tapenade pour notre propre consommation.
La seconde est plus préoccupante : je suis convaincu que le changement climatique est amorcé. Nous venions ainsi de connaître deux années avec une récolte de raisins divisée par deux. Viticulteurs, il nous fallait trouver un deuxième pôle pour La Royère en espérant que chaque année au moins une des deux productions ne serait pas affectée par les phénomènes climatiques extrêmes.
Pour finir, je me suis donc intéressé aux techniques contemporaines de production pour m’apercevoir que les techniques actuelles n’ont plus rien à voir avec les modes de production précédents ».
« J’ai voulu, au sein du musée, insister sur son dernier chapitre qui réunit l’huile d’olive et le vin dans ce que l’on appelle le régime crétois. En effet on ne le répétera jamais assez mais la France est le pays du monde où l’on meurt le moins de maladies cardiovasculaires, surtout dans le sud et dans toutes les régions viticoles ».
« Je me suis alors attelé à ce travail de mémoire que représente un projet de musée. J’ai collecté tout ce que je trouvais se rapportant à l’huile d’olive, le travail a été long ».

Il n'y a pas de produits